Le document unique pour
le taxi


Je choisis ma formule
le taxi




L’évaluation des risques professionnels spécifiques aux taxis

Le temps moyen pour un DUERP réalisé à 100% : 45 min
- Pour vous mettre en conformité avec le code du travail et éditer votre document unique (DUERP)
- Pour diminuer le risque accident et maladies professionnelles de vos salariés
- Pour renforcer l’image de votre entreprise et votre réputation d’employeur





131
PRÉVENTIONS
35
FACTEURS DE RISQUES
8
SITUATIONS DE TRAVAIL
2
UNITÉS GÉOGRAPHIQUES




Des offres adaptées à vos besoins

Qu’est-ce qui est considéré comme un risque pour le transport de personnes ?

Les risques professionnels sont des situations de travail dans lesquelles sont exposés les salariés d'une entreprise à des phénomènes dangereux. Exemple le coronavirus peut être dangereux. Le risque d’être contaminé par le coronavirus dans un taxi en Europe est faible. A l’inverse si vous vous situez dans des contrées de Wuhan en Chine, vous pouvez l'être et perdre la vie. Le risque est élevé. La dangerosité du virus, elle, est constante. La notion de risque renvoi à la proximité du danger. Autre exemple un téléphone portable n'est pas dangereux. Si vous l’utilisez à l'arrêt, à la station de taxi, vous ne risquez rien. Par contre si vous l’utilisez au volant en conduisant il devient dangereux, même le temps d'une course. Le risque d'accident est réel. Si vous l’utilisez à chaque course le risque d'accident routier est élevé. Associé à la prise en main ou pas et à la vitesse de conduite, son utilisation peut s'avérer très dangereuse. L’on voit ici les différents paramètres de l’appréciation d’un risque.

Taxi, pourquoi créer un document unique ?

Il est important de créer le document unique car au-delà de son aspect légal (voir chapitre précèdent) il est quand même un objectif que l’on ne peut passer sous silence tellement il est important, qu’on en oublierait l’objectif principal. Il s’agit, ne l’oublions pas, de faire baisser le niveau de risques auquel sont exposés les salariés, afin de diminuer les accidents et les maladies dans l’entreprise. Rien que ça. On oublie trop souvent les conséquences des incidents ou accidents dans les entreprises. Perturbation du travail, désorganisation, baisse de la concentration, stress lié à la peur que cela ne se reproduise, ce que l’on appelle en terme managérial, baisse de la productivité. Sans rentrer dans le détail chiffré des tous ces facteurs, il est largement admis que 1 euro dépensé pour la prévention des risques est en fait un investissement qui rapporte jusqu’à 2 fois la mise. En d’autres termes, le temps passé pour réaliser son document unique n’est pas du temps de perdu pour l’entreprise mais un gain substantiel de revenus que l’on retrouvent dans les indicateurs RH (absence, turnover, coût assuranciel AT/MP…)

Où se procurer le document unique d’évaluation des risques ?

Pour se procurer le document unique d’évaluation des risques professionnels, plusieurs possibilités sont envisageables. N’oublions pas que l’objectif d’un tel document est de prévenir les risques encourus par les salariés dans l’entreprise. Il convient donc que ce document soit visible et accessible à tous ceux qui sont concernés. Il doit être connu de tous. D’autant plus, ne l’oublions pas, le DUERP est co construit avec l’ensemble des salariés. Il est donc logique que l’inventaire des risques puisse être accessible à tous les protagonistes. La première des possibilités est de le rendre accessible collectivement en le plaçant physiquement (support papier) dans un endroit où il a le plus de chance d’être visible. La salle de pause, les vestiaires, semblent adaptés. En tous les cas, un lieu de passage ou sont consignés d’autres documents d’informations comme le règlement intérieur ou les consignes incendie. Une autre possibilité consiste à présenter le document unique lors de l’accueil du salarié à la date anniversaire de son embauche afin de s’assurer qu’il en a bien pris connaissance. Par la suite ce même document – nécessairement mis à jour – peut être évoqué lors des entretiens individuels annuel ou encore lors des minutes ou quart d’heure sécurité mis en place dans l’entreprise pour faire le point justement sur les plans d’actions en cour et à venir.

Comment évaluer les risques d'une société de taxi

Il existe plusieurs moyens. Tout d’abord, la personne en charge de l’évaluation appelée, préventeur, aura à cœur d’exercer sa mission avec toute l’énergie et les compétences requises pour évaluer avec efficacité. Souvent il s'agit du gérant de la société de taxi ou VSL, lui même ou un chauffeur qui agit par délégation. Qu’elles sont ces compétences ? La connaissance métier, la connaissance de la gestion des risques professionnels, le savoir être et la communication avec l’ensemble de l’organisation de l’entreprise. Sur ce socle de compétence, il réalisera l’inventaire des risques en s’appuyant sur un protocole admis par l’ensemble des acteurs scientifiques et opérationnels de la vulgarisation de la prévention. Ce protocole repose essentiellement sur le répertoriage et la classification des risques suivant un cheminement allant : de l’unité de travail de l’entreprise, par exemple les services administratifs ou la conduite, en passant par la situation de travail du salarié, par exemple le travail devant écran, ou la conduite de nuit, débouchant sur l’analyse et l’estimation du risque (l’intensité lumineuse trop forte de l’écran, ou les phares du véhicule mal réglés) pour enfin inscrire tous ces éléments dans le document unique. Le support pour la mise en œuvre de ce travail est libre. Il adviendra à chacun de trouver la solution qui lui permettra de rendre très lisible les résultats.

Le document unique pour les entreprises de transport de personnes

S’il y a aussi une activité importante de transport, c’est bien celle du transport de personnes. Sous cette bannière apparait de multiples métiers comme le transport aérien ou maritime, tourisme qui représentent une activité très importante, nécessitant l’emplois de nombreux salariés. Tous sont exposés à des risques professionnels comme l’exposition aux maladies transmissibles dans le cas du travail dans les aéroports ou les gares maritimes ou encore les hôpitaux pour les véhicules sanitaires légers (VSL). Elles concernent tous types de structures notamment celles qui disposent de flottes de véhicules. Il faut surveiller particulièrement les risques biologiques et apporter une attention aux TMS pour le transport des bagages dans les males des véhicules par exemple.