Concessions et garages automobile

Je choisis ma formule




Une évaluation sur-mesure à travers des critères spécifiques à la concession automobile

Le temps moyen pour un DUERP réalisé à 100% : 30 min





240
PRÉVENTIONS
52
FACTEURS DE RISQUES
17
SITUATIONS DE TRAVAIL
5
UNITÉS GÉOGRAPHIQUES




Des offres adaptées à vos besoins

Que risque un garage automobile s'il ne fait pas le document unique ?

Ne pas faire le document unique pour un garage automobile, c'est s'exposer à des complications administratives, c’est encourir des sanctions d’ordre administratives et pénales parfois lourdes. Par exemple en cas de contrôle de l'atelier par l’inspection du travail, celle-ci peut administrer une amende de 1500€ en cas d’absence de DUEPR, passant à 3000€ pour récidive et refus d’obtempérer, si le procès verbal de l'inspecteur stipule des manquement dans la prévention des risques encourus par les mécaniciens. Pire encore, en cas d’accident grave dans l'unité de travail "atelier" dans laquelle les préventions des risques professionnels sont les plus controlées, la victime peut se constituer partie civile pour obtenir condamnation de son employeur pour manquement à ses obligations de prévention. Nul va sans dire que les conséquences de ces actions en justice, portées devant le TASS* peuvent être lourdes, si, faute d’un dossier solide incluant le document unique, le président du tribunal désigne comme responsable le garagiste ou le directreur de la concession. De ce fait, ces actions en justice entrainent de longues et couteuses procédures dont les condamnations peuvent aller jusqu’à la fermeture de l’entreprise. Bien que ces cas soient rares, ils sont néanmoins possibles et nécessitent la mise en place du document unique dans l’entreprise.*(TGI depuis le 01/01/19)

Pourquoi créer un document unique chez un marchand réparateur automobile ?

Il est important de créer le document unique car au-delà de son aspect légal (voir chapitre précèdent) il est quand même un objectif que l’on ne peut passer sous silence tellement il est important, qu’on en oublierait l’objectif principal. Il s’agit, ne l’oublions pas, de faire baisser le niveau de risques auquel sont exposés les salariés, afin de diminuer le nombre d'accidents et de maladies porfessionnelles dans l’entreprise. Rien que ça. On oublie trop souvent les conséquences des incidents ou accidents dans les concessions et garages automobiles. Perturbation du travail, désorganisation des services, charge de travail supplémentaire sur les employés en activité, stress chez les réceptionnaires et chefs d'ateliers, ce que l’on appelle en terme managérial: baisse de la productivité. On pourrait rajouter le mécontentement des clients. Sans rentrer dans le détail chiffré des tous ces facteurs, il est largement admis que 1 euro dépensé pour la prévention des risques dans une entreprise est en fait un investissement qui rapporte jusqu’à 2 fois la mise. En d’autres termes, le temps passé pour réaliser son document unique n’est pas du temps de perdu pour le concessionnaire, mais un gain substantiel de revenus que l’on retrouve toujours au vert dans les indicateurs RH (absence, turnover, coût assuranciel AT/MP…)

Comment évaluer les risques professionnels dans un garage automobile ?

Pour évaluer les risques au travail il faut se doter d’une bonne organisation et de bons outils. Qu’est-ce qu’une bonne organisation ? Prenons le cas d'un groupe de distribution automobile multi-concessionnaires. C’est d’abord intégrer la prévention des risques professionnels dans les objectifs stratégiques du groupe. Qui dit stratégie dit moyen/long terme, avec des moyens et des ressources pour mettre en place les plans d’actions de prévention découlant de cette stratégie. Qu’est-ce que de bons outils ? C’est permettre aux différents acteurs chargés d'évaluer les risques professionnels d’avoir les moyens matériels et humains pour fonctionner. Comment faire ? On désigne une personne responsable de l’évaluation des risques. Le chef d’entreprise et/ou le (les) directeur(s) de la concession donne du temps nécessaire pour réaliser le plan de prévention avec des objectifs quantitatifs et qualitatifs définis. Exemple : « il faudra inventorier tous les risques encourus par les personnels de l’atelier sous 45 jours. ». Pour se faire, on donne les prérogatives au préventeur qui sera habilité à se rendre dans l’unité de travail concernée pour analyser les risques. Les risques spécifiques à cette unité de travail seront répertoriés un à un puis inscrits dans le registre des risques. L'on répète cette opération dans tous les services et pour toutes les concessions (pièces détachées, service administratif et commerciaux...)

C’est quoi le DUERP ?

Au-delà d’être un document administratif, juridique et légal, c’est aussi et surtout un bel outil de management pour la concession ! Quoi de plus noble que d’engager un dialogue avec ses salariés sur la base de leur sécurité. Il est parfois compliqué de trouver un angle d’attaque pour aborder certains sujets du fonctionnement de l’entreprise. En fait, parler de sécurité c’est parler du quotidien, parce que tout le monde est concerné. Du coup, le fait d’en parler - pour à la base remplir une obligation légale - et bien, fluidifie le dialogue social et débouche très souvent sur d’autres sujets annexes ou parallèles. Donc le fait de réaliser le document unique revient de facto à impliquer les salariés dans la construction individuelle et collective du travail dans l’entreprise au travers le sujet de la sécurité. A ce titre c’est très positif pour le fonctionnement du garage car donne du sens à l’exécution de la tâche dans un contexte sécuritaire.